Dulia et latria chez Hugues de Saint-Victor: note critique